Les cris du jour ou l'écrit du jour ? C'est peut-être le texte de la semaine (et pourquoi pas de l'année ?!!!!)
directement sorti de mon inspiration poétique, où chacun est libre de traverser la frontière entre fiction et réalité...
Bonnes lectures !

mercredi 14 décembre 2022

Tic Tac

Tic tac
tic tac
tic tac
j’ondule comme une pendule
les salles d’attente c’est nul
je me balance d’un pied sur l’autre
j’m’en balance de ce rendez-vous
mais que faire d’autre

Tic tac
tic tac
tic tac
c’est interminable
le prochain numéro est le 257
mon ticket affiche "client n°37"
je sens que je vais perdre patience
j’ai beau ne pas être superstitieux
j’espère que le 7 me portera chance

Tic tac
tic tac
tic tac
la convocation précise
"Venez à jeun"
vue l’attente, je vais avoir faim
enfin
la promesse est tentante
les sélectionnés seront bien récompensés
cela mérite donc que je patiente

Tic tac
tic tac
tic tac
le problème c’est que j’en manque cruellement
de patience
sur mes genoux mes doigts dansent
peut-être que je pourrais créer un spectacle digital en attendant
mêlant acrobaties pirouettes et élégance
Mesdames, mesdemoiselles et messieurs
bienvenue pour cette représentation unique au monde
10 artistes vont se produire devant vous ce soir
2 pouces 2 index 2 majeurs 2 annulaires et 2 auriculaires
des phalanges hors pairs
qui maîtrisent leur art du bout des ongles
Heu… finalement pas sûr que ça plaise

Tic tac
tic tac
tic tac
mon cœur balance
j’hésite
mes pieds trépignent en cadence
je ne vais pas tenir
je vais craquer
péter les plombs
voire pire

Tic tac
tic tac
tic tac
allez, tant pis !
Je m’en vais
rien à faire de la récompense
ras la casquette de cette ambiance !

 

mardi 13 décembre 2022

 Ça va passer

- Ho Ho hooo !
C'est la magie de Noël !
Pour une belle histoire née un solstice d'été,
La nature a revêtu ses plus beaux atours à l'approche du solstice d'hiver.
Solsticiennes et solsticiens ont posé au pied du sapin de quoi plaire aux petits et aux grands.
J'adore cette ambiance douce et cotoneuse.

- Heu ça va Benoît ?
tu crois encore au père Noël ou quoi ?

- Bin quoi ? on nage dans le bonheur, non ?
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes !

- Non mais tu délires ?
C'est la crise !!!

- Mais non ! chez Solstice,
Ma petite entreprise ne connaît pas la crise !
Regarde ces dizaines d'entreprenheureux et heureuses
Et cette équipe support de choc

- Ouais bin ça va pas si bien :
Plusieurs nous ont quitté,
Pas toujours facile de recruter,
On va tous y passer !

- Mais non, ça va passer !
Entre entreprenheureux et entreprenheureuses
On se sert les coudes
Et avec les autres coopératives aussi.
On ne met pas tous nos œufs dans le même panier,
Seul je vais plus vite mais ensemble on va plus loin.

- Oh ça va ! on la connaît la chanson de Grand Corps Malade.
En attendant, même avec un résultat positif,
Notre situation reste fragile je te le rappelle, en période de crise.

- Dis donc, tu voudrais pas oublier l'économique de temps en temps ?
Tu prends tout au tragique, Marie Dominique !
Ça va passer, je te dis !
Laisse ta morosité au vestiaire,
Tu vas voir, la bonne humeur c'est super !

- Ah oui, je sens que ça vient,
Je vais glisser quelques grammes de finesse dans cette marge brute.

- À la bonne heure !

- Je vois un village,
Une mairie,
Des commerçants,
De la solidarité.

- C'est ça : on a des tas d'activités et de projets,
Des têtes pensantes qui élaborent des stratégies,
On a même des têtes chercheuses
Et regarde toutes ces belles choses pour les grands et les petits !

- Oui, t'as raison,
Ça va passer.
Je sens la coresponsabilité me porter.

- Voilaaa ça va passer
ça va passer
ça va passer
Grâce à Discord
Tout le monde s'accorde

- Oui, ça, ça me plaît
ça va passer
ça va passer
ça va passer

- Allez tout le monde
ça va passer
ça va passer
ça va passer

- Ensemble
ça va passer
ça va passer
ça va passer

- Avec Solstice
ça va passer
ça va passer
ça va passer




Synthèse décalée rédigée pour l'AG de Solstice le 13 décembre 2022, dialogue imaginaire entre un entrepreneur optimiste et une collègue pessimiste.

Re-découvrez d'autres synthèses décalées sur :

http://lescrisdujour.blogspot.com/2022/04/emergence-du-chaos.html

http://lescrisdujour.blogspot.com/2017/11/la-metamorphose-de-solstice.html

http://lescrisdujour.blogspot.com/2017/10/les-canapes-du-temps.html


dimanche 18 septembre 2022

La violoniste de Toros

C’est une offrande
végétale et féline
une silhouette vibrante

L’échine parcourue d’une frisson
la violoniste vibre sa note
tel un archer cherchant sa cible

Elle courbe son corps corde sensible
je l’ondule du regard
caresse nos peaux
sans dire un mot

C’est un cadeau
une vague
un ressac
un clin d’œil

Patte de velours
offerte à mon âme
un présent
infini

Ses pizzis m’emportent
son chant fait éclore chacun de mes pores
comme une larme discrète
de joie

Un présent infini
une goutte de vie


 
 



Texte et dessin produits à l’atelier de Toros dans le cadre des journées européennes du patrimoine, au cours d’un atelier que j’animais avec Maud Morel, autour du mouvement, du dessin et de l’écriture. Retrouvez d’autres textes en vidéo sur
https://www.facebook.com/100048988966638/videos/2002854669925479/ Merci à Marie pour son accueil chaleureux et la captation de cet extrait.


La flûtiste de Toros

C’est ton souffle qui jaillit
né de ton ventre
matrice initiale

C’est ton souffle qui m’attire devant ton piédestal
agenouillé face à ton élan vital
je me laisse porter en douceur
par les notes légères
de ta flûte qui fend l’air

Le feu de ton ventre
le feu de ton souffle
le voici qui caresse mon tympan
venu de cette droite infinie
flûte fluide flottant sur les flots
je me perds dans le bleu de ta silhouette si fine
charmeuse animale

C’est ton souffle qui rayonne
et m’emporte sur l’océan
de tes ondes suspendues à tes lèvres
ça colimaçonne dans mes pavillons

Vénus musicale
un invisible cordon nous relie
ombilical

 

 
 

Texte et dessin produits à l’atelier de Toros dans le cadre des journées européennes du patrimoine, au cours d’un atelier que j’animais avec Maud Morel, autour du mouvement, du dessin et de l’écriture. Retrouvez le texte en vidéo sur https://www.facebook.com/100048988966638/videos/610481463894721/ Merci à Marie pour la captation.

jeudi 25 août 2022

Conversation dans une file d’attente

- T’as d’l’eau ?

- Nan...

- T’as chaud ?

- Ouais !

- Tu flippes ?

- Bof. J’dirais plutôt qu’j’m’ennuie un peu puisque tout baigne et que tout s’effondre en même temps...

- C’est sûr qu’on n’a pas le cul sorti des ronces comme dit ma collègue.

- Ouais ça pique vraiment !

- Pourtant la vie est belle… Tu manques de quoi toi ?

- Bah toujours en train de mendier l’amour, même quand j’en ai :

Avant j’m’impatiente

Pendant je kiffe

Après je pleure

- Carrément ? Tu dramatises pas un peu ?

- J’avoue j’ai tendance à en rajouter. Mais faut r’connaître qu’j’ai pas toujours envie de socialiser.

Là par exemple j’me passerais volontiers d’te causer. N’y vois rien de personnel mais la solitude me pèse parfois autant que je la cherche.

- Bon bin salut !

- Nan reste un peu et dis moi comment tu vas toi.

- Pareil. Mais en plus j’ai perdu mes clés !

- Rhô la poisse !

- Ouais je peux plus rentrer chez moi.

- Alors tu fais comment ?

- Bin je dors dehors.

- À la belle étoile ?

- Ouais, heureusement qu’il fait chaud et qu’il ne pleut pas finalement !

- C’est clair, t’es un sacré veinard, j’aimerais bien être à ta place.

- Bin, vas-y on échange si tu veux.

- Ah ok ça m’va. Tiens, v’la les clés d’chez moi.

- Merci vieux !

- Pas d’quoi !

- Tu passes quand tu veux prendre le café.

- Faudra juste que tu rachètes du sucre.

- Pas besoin je n’en prends que quand je suis seul.

Le sucre dans le café c’est comme l’autre dans la solitude,

Ça adoucit l’amertume.




Dehors, un festival inspirant !

http://lesvertebrees.fr/festival-dehors/

samedi 30 juillet 2022

Éternel combat

Tu as tiré sur les manches de ta peur

Pour oter ton manteau d'inquiétude 

Ton regard porte loin

Les soucis fleurissent à tes pieds

Tu les foules sans te retourner 

Ton chemin s'ouvre 

Jalonné de rencontres lumineuses 

Elles te rappelent d'où tu viens

Leurs vertus répondent aux tiennes 

Vous consolez vos peines 

Sans trop y penser 

La même quête vous guide

Trouver l'amour le vrai

Celui qui fait battre les cœurs

Celui qui donne la vie

Tu sais qu'il est précieux 

Tu connais sa fragilité 

Les entraves qui le gênent 

Ses ennemis qui l'enferment 


C'est un jeu pour eux

Un combat pour toi

Mais leur acharnement n'est rien 


Face à ta détermination 

Ils reculeront 


Tu franchis des montagnes 

Traverses des océans 

Porté par tes rêves de paix 


Et d'un coup d'épée

Tu tranches leurs misérables existences 

Pour jeter à la mort leur haine en pitance 

Les charognards accourent 

Attirés par cette abondance 

Ils digèrent ceux qui par plaisir les auraient exterminés 


Mais déjà d'autres parasites t'attendent 

Ce nettoyage n'aura de fin

Que lorsque tu auras débusqué 

Le dernier poison qui te ronge

Et quitté ce masque de mensonge 

L'ego qui t'éloigne tant de la vérité 





dimanche 17 juillet 2022

Ardèche attitude

Les feuilles de châtaigners murmurent dans l'air chaud

Le ciel infiniment bleu répète le silence de la forêt 

Nos corps se taisent 

Savourent les filets de vent plus frais venus du sous bois

Le temps s'effiloche sans inquiétude 


Parfois une buse passe

Un oiseau tapote un arbre 

Un rongeur fouille les feuilles 

Quelques insectes stridulent sans conviction 


Le monde peut bien s'acharner à courir à sa perte 

La lisière de la forêt s'en fout 

La prairie et nous aussi 


Rien d'autre n'importe que la douceur de cette après-midi caressante

Seuls les hêtres vrais savent de quoi ils parlent