Les cris du jour ou l'écrit du jour ? C'est peut-être le texte de la semaine (et pourquoi pas de l'année ?!!!!)
directement sorti de mon inspiration poétique, où chacun est libre de traverser la frontière entre fiction et réalité...
Bonnes lectures !

mardi 10 mai 2022

Rêverie volatile *

Les araucarias s'invitent à la fête
Silhouettes inspirées
Portées par le chant des collines
Voix mystérieuse
Ils guident mes pas
Cœur battant
Au rythme des tempes
Oralité
Expression pépiée
Sous la mansarde
Couvée par le souffle doux du vent printanier
Cacophonie vibrante
Sans frontière
Battante
Dans un sourire récurrent
Un roucoulement de douceur
Une gomme à vanité
Les yeux fardés de bleu
À la saveur douce
Un regard plein d'écoute
Ravissant d'anonymat

L'oubli me gagne
Ma mémoire stagne au présent
Les petits me donnent l'exemple
Chut tu ne te souviendras de rien
Et c'est très bien comme cela
La gourmandise s'insinue
M'impose sa lenteur
Orageuse
Je savoure les répétitions
Bouclettes sonores
Chatouillis au creux de mes pavillons
Je suis un réceptacle un calice un oracle
J'entends l'avenir de chaque note
Bientôt elle mourra
En attendant elle vibre
Luxuriante
Caresse ma tignasse de plumes
Je me sens oisarbre

Je déploie mes branches
Gazouille gaiement
Bas des feuilles un instant
Puis décolle majestueusement
Direction le cosmos
En évapesanteur


Éparpillées soudainement
Mes cellules savourent les répétitions
Bouclettes sonores
Cacophonie sans frontière
Délicieuse

 


 


* Titre emprunté à Maud Morel et texte inspiré de l'écoute de sa création sonore "Poésie volatile", réalisée pour l
es 40 ans de Radio Saint Ferréol, à (re)écouter sans modération sur https://xen2.globenet.org/owncloud/index.php/s/TG6goeaiG2TXX5z
 





NB : chaque musique est entrecoupée de textes et de bruitages, mais elles sont toutes présentes intégralement dans la création. Pour les écouter sans interruption, rendez-vous sur l'espace soundcloud de Simon/Komak.

-Musique : Nuazz - Simon - 0'35

-Stéphanie lit son texte Ton Jizz - 2'07
-Julos Beaucarne lit son texte Le jaseur boréal, proposé par Arlette et Jean-Michel - 6'49

-Musique : Cendres - Simon 7'29

-Mathieu lit son texte La vieille - 9'29
-Nnuccia lit son texte Tout ce silence - 13'40

-Musique : Flow - Simon - 16'45

-Je lis le poème de R.G.Cadou C'était toi - 18'15
-Curmi lit son texte Mélodillusions sur El pájaro de Lhasa - 23'30

-Musique : Eveil - Simon - 25'24

-Je chuchote mon texte Ta voix - 28'09
-Eloïse lit son texte Oiseau - 33'30

-Musique : Gestorm - 36'08

-Maud lit le texte de Nausicaa, A tous les oiseaux - 40'30
-Benoît lit son texte Le courage des oiseaux - 43'

-Musique : Psiasox - Simon - 45'57

-Mathieu lit son texte Le chat - 48'54
-Maud lit les Haïkus du coucou de Philippe - 52'54

-Musique : Guity - Simon - 57'28

-Jean lit son texte Trop d'oiseaux - 58'12

-Musique : Fsol - Simon - 1'02

-Sophie lit son texte Attendre les oiseaux - 1'06
-Maud lit Le coeur zélé de Bruno - 1'08

mercredi 13 avril 2022

Émergence du chaos

Le chaos c'est chaud
Comme le dirait mon collègue Adrien
C'est un cas chaos !
(pour ceux qui ne le connaissent pas il est chocolatier)
Le chaos c'est un mauvais moment à passer
Tu te réveilles le matin
Tu te dis
Ah ! je vais passer une bonne journée
J'aime mon boulot
Les affaires tournent pas mal
Allez ! Au charbon
Heu, au solaire, c'est mieux
Et pendant ton trajet à vélo électrique
Tu vois des gens sur le bord de la route
Les jours précédents, t'avais pas tes lunettes
Ils marchent lentement
Ou stagnent carrément
Mal fagotés
Voire à poil
Certains se confrontent
D'autres restent sur le chaos, heu le carreau
Mais ils ont l'air content d'être vivants
Tous dans le même bateau
Enfin
Tant qu'ils ne t'empêchent pas de bosser
Mais en arrivant au bureau
Personne
À part une collègue qui te dit
Hé mais qu'est-ce que tu fais là ?
T'es pas au courant ?
Le travail est interdit
Bin pourquoi ? tu demandes
Ch'sais pas ? qu'elle répond
Puis elle ajoute, en partant
Spéculation invasion malédiction
Ah bon !
Bah, tant pis !
On va faire autrement
On va suivre le mouvement
Tu repars avec ton vélo
Tu t'arrêtes papoter avec les passants
Y en a des qui causent pas
Y en a des qui oui
Avec ceux là, t'imagines des trucs nouveaux
Vous vous dites que vous auriez pu y penser plus tôt
Il y avait eu des ragots dans le chaos
Mais bon
Il est peut-être pas trop tard
On pourrait tenter au cas au
heu, au cas où
Défibriller le moteur
Montrer ce qu'on a sous le chaos
heu, sous le capot
Ce serait un beau ca-deau
On pourrait essaimer
Et s'aimer c'est ce qu'il y a de plus beau
Alors moi, je, nous, avec les autres
Si on essayait de caopérer
Sortir la tête de l'eau
Émerger
Et ramer jusqu'à un nouvel archipel en coresponsabilité
Une pagaie d'intelligence dans une main
Une pagaie de collectif dans l'autre
Et hisse et ho
Souquez ferme vers un nouveau chaos encore plus beau

 


Texte rédigé pour synthétiser les échanges autour de la notion de chaos, lors du séminaire de printemps de Solstice, la coopérative dont je suis salarié-associé. Les échanges étaient animés par notre collègue Emma Pometan.


dimanche 3 avril 2022

Sur la rive

Parfois j'ouvre ma fenêtre sur le monde

L'air s'insinue dans ma maison
Frais dans le doux
Fruit du doute
Je me laisse inspirer
L'air de rien

J'ai connu un maniacodépressifàtendanceparanoïaque
Le degré zéro du trouble psychique
Il aurait pu être monomaniaque
Certains de mes amis sont bipolaires
D'autres triphasés
Voire quadrangulaires
Je fréquente même des quinquagénaires
Et de temps en temps j'écoute les Sex Pistols
Ou le septuor de Stravinsky
J'enregistre tout ça dans les octets de ma mémoire de poisson rouge
Mais j'évite novembre
Le mois où rien ne bouge
Pour ne pas décimer l'hymne à ma joie

À la fin je reprends mon caillou
Je le relance sur la marelle
Et j'avance
De la Terre au Ciel

Le fleuve s'écoule mollement
Me libère du temps
Élargit mon horizon
Saupoudré de flocons d'argent

La vie est généreuse avec moi
Aux saisons frugales
Suivent les heures d'abondance
Il suffit de patienter
Être une graine en dormance
Rester dans l'enveloppe
Guetter le rayon qui donnera l'élan
La note juste qui appellera l'éclosion
Puis s'épanouir pour de bon
Rayonner
Jusqu'à la fenaison
I'll be back
J'te promets
Des airs plein la tête
Du swing plein les genoux
Et on ira faire la fête
Et on ira faire les fous

De quoi aurait-on l'air si le temps s'arrêtait

Pourvu qu'il pleuve toute la journée

Parfois je laisse la porte fermée
Pour empêcher le bruit du monde entrer
Le fleuve accélère
Poussé par le vent du nord
Il apporte des corps et des cris
J'aimerais les oublier
Sombrer dans mes certitudes
Rentrer dans ma carapace
Être sourd aux acouphènes existentiels
Compter encore jusqu'à dix
Ou à rebours
Et remonter le cours
Dans le sens de la moelle
Suivre la colonne des flots sans peur
Pour atteindre des cieux plus cléments
Avec d'autres navigateurs barrant au Cap de Bonne-Espérance

Du temps dans les voiles
Du soleil sur le pont
Au pas des franges d'écume




vendredi 25 mars 2022

vendredi 4 mars 2022

Féminin sacré

Ô femme

Ô mère
Mère si gracieuse
Merci de nous porter
Merci de garder notre cœur ouvert précieusement
Merci de cultiver notre amour
pour fleurir notre jardin
paisible généreux accueillant  

Ô maman
Tu m’as si bien couvé dans ton ventre
Tu m’as si bien nourri de ton sein
Tu m’as élevé et laissé m’envoler au loin

Ma chère femme
Tu m’as cueilli en un regard
Tu m’as offert ton sourire
Tu éclaires mes rêves
Tu enchantes mes nuits
Tu adoucis mes jours
Tu attises mon esprit
Tu embellis ma vie
Tu m’offres la tienne et celle de nos enfants
Ta tête sur mon épaule
Nous contemplons le monde
Portés par le même idéal
Un élan de liberté
Un souffle chaleureux

Ô mon amie
Tu m’ouvres les bras
Nous marchons d’un même pas
Vers l’horizon
Guidés par le soleil
Nos rythmes varient au fil des saisons
Nos rires colorent notre imagination

Ma sœur chérie
ensemble nous grandissons  
entourés de valeurs essentielles
et nous refaisons le monde
pour atteindre l’universel
ici
maintenant

Ô combattante du quotidien
J’admire ton courage et ta résistance
Je rêve d’un monde sans entraves
Où tu n’as plus à te battre pour ta liberté
Derrière les murs les grilles les fourneaux
Sur tous les continents
Dans toutes les campagnes toutes les banlieues
Que tu sois Tibétaine, Ouïghoure, Afghane ou Ukrainienne
Que tu survives en Syrie, au Yémen, en Amérique ou en Afrique
Partout où tu es exploitée
Travailleuse forcée
Oppressée
Humiliée
Violée
Mutilée
Esclavagisée
Exilée
Je voudrais avoir le cran de lutter à tes côtés
Pour te libérer du joug de l’homme

J’invoque la vigilance de l’aigle pour te guider
La force de l’éléphant pour te protéger
La patience de l’air pour t’accompagner
La tendresse de la montagne pour t’aimer
La souplesse du roseau pour t’écouter
La créativité de l’eau pour te peindre
La beauté des étoiles pour t’éclairer
La détermination du roc pour te soutenir
Ô femme sacrée 




Merci à Laurence, ma professeur de yoga - Yoga Valence Jardin Intérieur - d'avoir invité des femmes à s'exprimer sur la notion de féminin sacré et de m'avoir proposé de lancer un appel à textes auprès des hommes participants aux ateliers d'écriture que j'anime, en amont de la journée internationale des droits des femmes. Quelques textes apparaissent dans ce joli diaporama https://www.youtube.com/watch?fbclid=IwAR2rhq3r1mn6PwT5b1DwScGgUGKb8qJ3CVKPOAxnXTsmU60Spxa9sefkhxw&v=vpActb26CS8&feature=youtu.be

mercredi 10 novembre 2021

Spirale surréaliste

C’est un siphon sans fin
De flonflons aphones
Qui ouvre cette symphonie
Infinie
Le nouveau monde en quelque sort
L’eau tourbillonne en spirale
Fluide
Globalement liquide
Quoique quelques bulles s’évaporent
Attirées par un triangle de feu
Qui ne les laisse pas de glace

Son sang ne fait qu’un tour dans son sac
La bulle devient boule
Dans un souffle rythmé
La boule devient cube
En dodécaèdre attitude
Une prise de terre molle
Malléable, enracinante
Dont la fin sera sublimée
Assurément